Liste des ouvrages


disponible
35€
 
ajouter à ma commande

Le pays des mines d Andre Fougeron Lecoeur Auguste et Stil Andre

Le pays des mines d'André Fougeron
Lecoeur, Auguste et Stil, André


Cercle d'art, Paris, s.d. (1951).


In-8, broché sous couverture souple illustrée en noir et blanc, 40 pp. - 14 pl.
Avec 3 illustrations en noir et blanc in texte, une photographie et 14 planches en noir et blanc en hors-texte, dont une dépliante.
Bel exemplaire.


afficher le sommaire

Préface par A. Lecoeur - Après l'exposition de Paris, extraits du discours d'A. Lecoeur - Avance, Fougeron... par A. Stil - Le pays des mines : planches.


Ancien ouvrier métallurgiste, le peintre André Fougeron (1913-1998) fut le chef de file emblématique du "nouveau réalisme" prôné  dans l'après-guerre par le Parti communiste français. Fondée sur l'association du réalisme à la tradition nationale, cette esthétique hostile à l'élaboration formelle abstraite entendait réduire la forme au strict rang d'auxilliaire de la clarté politique du contenu. En 1950, la commande faite à Fougeron par le syndicat des mineurs du Pas-de-Calais en 1950 montre à quel point cet "art de parti" était considéré comme une 'arme' idéologique. Pris en charge par Auguste Lecoeur et la fédération des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais, Fougeron rejoint le bassin minier en janvier 1950, où il restera une année afin de se consacrer à son travail pictural. Mise en avant par le Parti, sa série sur "Le pays des mines" était destinée à renforcer la figure mythique du mineur comme figure de l'avant-garde de la classe ouvrière tout en marquant l'apothéose du réalisme. "L'année 1951 marque en effet le sommet du nouveau réalisme avec l'inauguration, le 13 janvier 1951, de l'exposition de Fougeron, galerie Bernheim-Jeune, louée par le P.C.F. [...] Cette exposition qui rassemblait quarante toiles, études et dessins accomplis lors de son séjour dans le Nord bénéficiera d'un soutien total de la part d'Auguste Lecoeur, devenu membre du secrétariat du P.C.F. en 1950, ainsi que de la part d'André Stil alors rédacteur en chef de L'Humanité." (D. Berthet, Le P.C.F., la culture et l'art (1947-1954), La table ronde, 1990, p. 168)
Visitée par plus de 25 000 personnes, l'exposition parisienne fut ensuite montrée dans le bassin minier. Lecoeur "qui écrivit la préface de cet ouvrage est par ailleurs l'auteur de la préface d'un recueil d'Aragon portant le même titre : Le Pays des mines, édité par "La tribune des mineurs" (Lens) en décembre 1949" (p. 169)
 

 



SUR LE MÊME THÈME